L'établissement

Le Lycée Edmond PERRIER est le successeur de l'illustre Collège de TULLE, dont la création remonte à 1567, année même de la création des consuls. Très rapidement la fondation acquiert assez d'importance pour qu'un Professeur de mérite, un homme de talent et de caractère, Philippe HERVÉ, puisse en accepter la direction. Sous la ferme discipline de ce savant, le Collège de Tulle deviendra le second collège de Guyenne, notoriété qui ne l'abandonnera pas, jusqu'à sa disparition en 1887, trois siècles plus tard. Sous la férule de Philippe HERVÉ, seront formés les plus célèbres Tullois du début du Grand Siècle. A partir de 1620 et jusqu'en 1784, le Collège passa sous l'Administration des Jésuites, certitude d'une grande qualité de l'enseignement.

 

Ce furent ensuite les Théatins, Clercs réguliers de la Congrégation de Latran, introduits en France en 1644 par MAZARIN, qui présidèrent à la gestion de ce noble Établissement, jusqu'en 1791. Le Collège poursuivra ainsi la formation de la jeunesse de Tulle et des environs jusqu'en 1887, avec le succès que l'on sait. La vraie naissance du Lycée Edmond PERRIER date de l'année 1878. C'est en effet cette année-là que germa dans la tête des édiles tullois l'idée de transformer le vieux Collège en Lycée ; une délibération du Conseil Municipal en date du 2 avril 1878 en atteste. Cinq ans plus tard, l'idée aboutira, puisque le 20 mars 1883, le Président de la République Jules GREVY signera le décret dotant la Ville de Tulle d'un Lycée. Quatre ans plus tard, soit le 1er octobre 1887, le splendide Lycée ouvrit ses portes, sans cérémonie, dans la plus grande simplicité, sous la bienveillante autorité du Proviseur Monsieur OUVRARD - le lycée en consommera 25 jusqu'à ce jour - comme pour mieux marquer la continuité avec le vieux Collège, alors situé sur les rives de la Corrèze, qui ferma les siennes.
 

Ainsi, à partir de ce jour, la jeunesse de Tulle gravira les pentes de la colline de la Croix-Rouge, pour aller, tout là-haut, accomplir ses humanités et quérir la lumière. Dès lors, le lycée connaîtra tout naturellement des jours heureux, mais aussi d'autres marques d'événements beaucoup plus funestes, qui viendront assombrir le cours de son existence. Indiquons ici les plus marquants :

 

Le 4 août 1914, soit deux jours après la déclaration de guerre, il participera à sa façon à l'effort national, en servant de caserne à un régiment de réservistes : le 300ème Régiment d'infanterie. Sept jours plus tard, il sera transformé en hôpital militaire et recevra le 26 du même mois ses premiers blessés. Ce n'est qu'à partir du mois d'octobre 1916 qu'il redeviendra un lieu d'enseignement à part entière.

 

En 1923, le Lycée de Tulle prendra l'appellation de Lycée "Edmond PERRIER" du nom du tulliste prestigieux, mort deux ans plus tôt, savant naturaliste de renommée mondiale, qui en 1900 fut chargé de la direction du Muséum d'Histoire Naturelle. Edmond PERRIER fut élève du Collège de Tulle.

 

En 1938, le Lycée qui avait déjà une devise reçoit un nouveau cadeau, un hymne : "La marche du Lycée Edmond PERRIER", paroles de Monsieur Pierre ROUSSARIE, Professeur de Lettres au Lycée, et mélodie de Monsieur André LEPAITRE, Professeur de Musique du Lycée. Au titre des sombres heures, il faut malheureusement rappeler que le Lycée depuis 1945 s'embrasa par trois fois. La brûlure la plus profonde survint une nuit de mai 1967, illuminant la ville d'immenses flammes. Ce jour-là, les toits s'envolèrent en fumée. Toutefois l'ardent brasier eut, à chaque fois, la délicatesse de ne pas s'en prendre aux magnifiques façades, comme si un Saint Patron avait toujours veillé sur l'admirable bâtisse qui ne présente aujourd'hui que quelques égratignures. Voilà donc parcourue, à grandes enjambées, l'histoire du Lycée Edmond PERRIER, mais j'aurais mauvaise conscience, si je ne citais une initiative de grande dimension, qui à mes yeux apparaît capitale pour la pérennité du Lycée sur le site actuel et qui est la création en 1892 de l'Amicale des Anciens Élèves, à la diligence du Proviseur de l'époque : Monsieur BAZIN DE BEZONS. Amicale qui s'étoffera en 1937 d'une antenne parisienne.

 

L'Amicale est donc, elle aussi, centenaire, c'est une des plus florissantes de France par le nombre de ses sociétaires. Elle perpétue une très belle tradition universitaire en organisant chaque année une cérémonie de très bon goût: la remise solennelle des prix, geste d'amitié des générations anciennes aux nouvelles générations. Parmi les anciens élèves, il en fut de très grands et fort nombreux, toutefois deux noms parmi les anciens brillent d'un éclat particulier : celui d'Henri QUEUILLE, qui détint de nombreux portefeuilles sous les gouvernements de la IIIème et de la IVème République et qui fut par trois fois Président du Conseil entre 1948 et 1951, celui de Benoît MANDELBROT, Ancien Élève de l'École Polytechnique, Mathématicien et Physicien, actuellement Professeur de Physique à l'Université de YALE, fondateur de la géométrie fractale. A l'évidence le Lycée Edmond PERRIER a été de tout temps un généreux creuset pour l'Amitié et pour la Solidarité et j'ai la faiblesse de penser que ce sont ces deux vertus, les Saints Patrons, qui protègent de leur bienveillance le destin de ce vieux bahut. L'Amicale des Anciens est un atout précieux pour le Lycée, dont la fonction la plus noble est celle d'être la gardienne du souvenir, mission dont elle s'acquitte avec la ferveur que l'on sait, en entretenant le Monument aux Morts du Lycée, qui lui fut confié en 1923, et sur lequel sont couchés 121 noms au titre de la Grande Guerre ; suivent ensuite 61 noms pour celle de 39-45 et 2 noms suite aux événements d'Algérie, témoignage impressionnant du lourd tribut consenti par nos Anciens à la défense de notre PATRIE et de ses Valeurs.

 

C'est d'ailleurs cet édifice qui vous accueillera le premier lorsque vous pénètrerez pour la première fois dans l'enceinte du Lycée. Il est là, comme pour nous rappeler à tous, qu'en ce lieu on ne peut se permettre une conduite ordinaire et que celle-ci ne pourra être désormais, que la fille d'une longue méditation sur le passé et d'une profonde réflexion sur l'avenir, viatiques si nécessaires à la réussite que nous venons chercher ici. Alors une inclination toute naturelle vous dictera de vous avancer vers lui, comme pour mieux le découvrir et prendre connaissance des noms de nos Anciens les plus valeureux : ceux qui ont payé de leur vie la défense de notre Pays. Mais bientôt vous lèverez la tête et votre regard se posera sur la superbe façade du bâtiment administratif. A cet instant, votre œil sera attiré par un fronton rectangulaire surmonté d'une demi-lune dans lequel vous pourrez lire, écrite en lettres de céramique vernissée, la devise latine du Lycée et de la Ville de Tulle

 

" SUNT RUPES VIRTUTIS ITER "

 

Ce qui signifie : "les difficultés sont le chemin de la vertu"

Oui ! comme ils sont ardus et parsemés d'écueils les chemins de la vertu. Ainsi en levant la tête vous passerez de la méditation sur le passé à une utile réflexion sur l'avenir. Sans ménagement le cap vous sera fixé comme pour vous dire : relever la tête, c'est faire face à l'adversité.

 

Envahis par le symbolisme du lieu, alors, vous poursuivrez votre visite sous la protection des majestueuses frondaisons du parc qui nous donne l'avantage d'étudier en compagnie de l'écureuil, de la hulotte et de quelques lapins. Vous gravirez ses allées pour venir à la rencontre des magnifiques bâtiments construits par Anatole de BAUDOT grand nom de l'Architecture Française, élève talentueux de VIOLLET-LE-DUC, membre de l'École Rationaliste d'Architecture. Il a tenu à élever ce Lycée sur les flancs de l'une des sept collines de Tulle, en un lieu baigné par le soleil levant, sans humidité et protégé du mauvais temps, comme pour signifier que tout lieu où se dispense la connaissance doit être au-dessus des tribulations humaines de la ville, dans un site lumineux, paisible, tout de sérénité, seul climat propice à l'édification de ceux qui viennent ici s'instruire.

 

Anatole de BAUDOT soucieux d'être complet dans son message, a voulu des façades claires, décorées avec mesure, sans surcharge superflue, en égayant d'une polychromie discrète les détails architecturaux que sont corniches, allèges et autres arcs en mitre, couleurs venant nous confirmer que s'instruire doit être une joie et que l'instruction doit conférer simplicité, vertu nécessaire pour aller à l'essentiel, et humilité, vertu nécessaire pour rester aux côtés de son prochain. Mais au juste, la colline de la Croix-Rouge n'est-elle pas la hauteur la plus proche du Centre Ville ?

 

C'est donc un lieu de beauté et de mystères - certains s'accordent à dire que c'est un des plus beaux Lycées de France. Nous vous souhaitons, tout au long de votre séjour, quiétude de l'esprit, loyauté et prospérité de l'âme et que tous vos vœux s'accomplissent. Mais surtout, dans l'avenir, ayez toujours présent à l'esprit que vous êtes venus ici.

 

A Edmond PERRIER, le 1er janvier 2003
J.C. DURAND, Ancien Proviseur du Lycée

 
 
Académie de Limoges
Lycée Edmond Perrier - 6, avenue de Bournazel - 19000 Tulle - Corrèze | Mentions légales | Accès restreint